OPA

vincent bolloré Jeux vidéo

Bolloré empoche 2 milliards grâce à sa vraie fausse OPA sur Ubisoft

Après trois ans de siège, le milliardaire a accepté de céder les 27% qu’il avait acquis dans l’éditeur de jeux sans y être invité. Son groupe, Vivendi, empochera 1,2 milliard d’euros de plus-value. Le prix de l’indépendance pour les frères Guillemot. Fin de partie gagnante pour Vivendi dans sa tentative d’OPA larvée sur l’éditeur de jeux Ubisoft : le groupe de Vincent Bolloré a annoncé ce mardi avoir conclu un accord avec la famille Guillemot «en vue de la cession de sa participation dans Ubisoft» pour la coquette de somme de 2 milliards d’euros. Grand joueur d’échec financier, le milliardaire faisait le siège d’Ubisoft depuis 2015, menaçant régulièrement d’enlever le contrôle du créateur d’Assassin’s Creed et Far Cry aux frères Guillemot, fondateurs et dirigeants historiques de l’entreprise installée à Montreuil (Seine-Saint-Denis). De prises de participation occultes en rachats massifs sur le marché, Vivendi était ainsi parvenu à détenir jusqu’à 27,27%…